jeudi 18 mars 2010

L'enseignement de Yangsi Kalou Rinpoché à Montpellier

Yangsi Kalou Rinpoché :
« Je ne crée pas un nouveau Dharma. Mon visage et mon corps ont peut-être changé, mais le Dharma reste le même. »

Les étudiants occidentaux ont récemment vu l'émergence de toute une nouvelle génération de maîtres. Sa Sainteté le 17ème Karmapa, Dilgo Khyentsé Yangsi et Yangsi Kalou Rinpoché, entre autres, préparent une tournée internationale d'enseignements et ils se rendront notamment dans plusieurs centres Rigpa.

Chacun d'eux est l'incarnation d'un grand maître du siècle dernier et il est étonnant de voir comme ils se sont rapidement fait un nom en tant que maîtres. Bien que leurs prédécesseurs aient probablement été surpris par les particularités de la vie occidentale moderne, ce groupe de jeunes lamas en a une excellente compréhension. Éduqués par des tuteurs qui parlent couramment anglais et tout aussi à l'aise avec une console Playstation qu'avec la philosophie du Madhyamaka, ils transmettent les enseignements du Bouddha d'une façon authentique et accessible.

La semaine dernière, Lama Sonam et Kagyu Rintchen Tcheu Ling ont organisé la conférence de Yangsi Kalou Rinpoché à Montpellier, près de Lérab Ling, le principal centre de retraite de Rigpa. Plusieurs membres de la communauté de Lérab Ling, monastiques et laïques, ont assisté à la conférence. Ils ont pu rencontrer Kalou Rinpoché après l'enseignement et lui dire combien Sogyal Rinpoché et le sangha se réjouissent et attendent avec grande impatience sa venue à Lérab Ling le mois prochain.

L'événement de Montpellier s'inscrit dans la première tournée européenne de Kalou Rinpoché depuis la fin de sa retraite de trois ans en 2008 et en l'espace de trois mois, il rendra visite à près de 30 centres. Lors de la conférence, Kalou Rinpoché a abordé avec un style chaleureux, sans détour et très naturel, un vaste éventail de sujets, notamment la bodhichitta, la dévotion, la lignée, la méditation, le karma et la motivation, d'une façon complètement accessible à la fois aux bouddhistes comme aux non-bouddhistes. Les mots étaient simples et clairs, mais on sentait qu'ils étaient fondés dans un enseignement extrêmement profond et direct !

Lorsqu'il a parlé de la motivation de la bodhichitta, Kalou Rinpoché a dépeint « tous les êtres animés » comme le prolongement de notre famille. Il nous suffit juste d'étendre l'amour et l'intérêt que nous portons à notre famille à tous les êtres. « Tous les êtres » sont simplement notre famille ! Et lorsqu'à plusieurs reprises, il a conseillé « d'être naturel » et « d'être soi-même », il semble bien qu'il faisait allusion au besoin de reconnaître notre nature de Bouddha.

Rejoignez-nous pour la visite de Kalou Rinpoché à Lérab Ling du 12 au 14 avril. Il enseignera sur les Quatre fondements de Shangpa (les Préliminaires shangpa), texte composé par Taï Sitou Rinpoché à la requête même de Yangsi Kalou Rinpoché. Recevoir les enseignements sur ce nouveau texte du détenteur même de la lignée Shangpa est une occasion unique à ne pas manquer. Cet événement est ouvert à tous. Pour plus d'informations sur cette visite et vous incrire, rendez-vous sur le site de Lérab Ling.


Le précédent Kalou Rinpoché lors d'un enseignement
à Rigpa Paris en 1983

lundi 15 mars 2010

2.Bouddhisme et environnement, ancienne sagesse pour une question contemporaine.

Par Anne-Cécile Bras


Le Temple de Lérab Ling en France près de Montpellier
Jurek Schreiner

Comment le Bouddhisme envisage-t-il le rapport entre l’homme et son environnement ? Cette tradition philosophique, née il y a 2500 ans aux pieds de l’Himalaya, permet-elle d’apporter un éclairage nouveau sur une question si contemporaine ?

Reportage de Mehdi Benchelah à Lérab Ling, un centre bouddhiste tibétain situé à une heure environ au nord de Montpellier.


Pour écouter le reportage, cliquer sur http://www.rrfi.fr/contenu/20100211-2-union-internationale-conservation-nature

mercredi 3 mars 2010

Commémoration du centenaire de Dilgo Khyentsé Rinpoché


Cette année marque le centenaire de la naissance de Kyabdjé Dilgo Khyentsé Rinpoché. La commémoration a commencé le 20 février, avec un programme de trois jours au monastère de Shéchèn, construit par Dilgo Khyentsé Rinpoché près du stoupa de Bodhnath, à Kathmandou, au Népal.

Les festivités commencèrent par une procession traditionnelle de lamas portant les reliques sacrées et des objets personnels de Dilgo Khyentsé Rinpoché. On aurait pensé que tous les grands maîtres s'y étaient donné rendez-vous: Khyentsé Yangsi, l'incarnation de Dilgo Khyentsé Rinpoché, Kyabdjé Trulshik Rinpoché, Khamtrul Rinpoché, Dzongsar Khyentsé Rinpoché, Tenga Rinpoché, Shéchèn Rabjam Rinpoché, les quatre fils de Tulku Urgyen Rinpoché (Chökyi Nyima, Tsikey Chokling, Tsoknyi et Mingyour Rinpoché), Néten Chokling, Tulkou Urgyen Yangsi, Béru Khyentsé Rinpoché, Jigmé Khyentsé Rinpoché, Péma Wangyal Rinpoché, Khenchen Namdrol, Khenchen Péma Sherab, Ringu Tulkou Rinpoché et bien sûr Sogyal Rinpoché, ainsi que nombre d'autres rinpochés, lamas, khenpos, moines et moniales.


Pendant trois jours, l'assemblée a pratiqué un Guru Yoga Rimé composé par Dilgo Khyentsé Rinpoché. Le soir du premier jour, sous les étoiles du ciel de Kathmandou, plus d'un millier de personnes se sont rassemblées dans la cour du monastère de Shéchèn pour regarder un nouveau film, incroyablement émouvant, qui retrace la vie de Dilgo Khyentsé Rinpoché, dirigé par Néten Chokling Rinpoché.

Des guirlandes multicolores illuminaient toutes les facades du monastère, ajoutant à l'ambiance de fête déjà électrique. Toutes ces images étonnantes de Khyentsé Rinpoché, et l'amour et la dévotion palpables de ses étudiants le rendaient vraiment présent.


Le deuxième jour de pratique se termina par des danses sacrées et des chants de dévotion. Le dernier jour, les lamas firent des offrandes du Corps, parole et Esprit à Khyentsé Rinpoché (photo ci-dessus et ci-dessous avec Sogyal Rinpoché). Le soir, les célébrations se terminèrent par la prière du Marmé mönlam, guidée par Rabjam Rinpoché, le petit-fils de Dilgo Khyentsé Rinpoché. C'était très inspirant de voir à quel point l'héritage de Khyentsé Rinpoché est vivant et florissant et comment Rabjam Rinpoché met en œuvre sa vision.


En cette année anniversaire, Khyentsé Yangsi Rinpoché se rendra dans plusieurs pays où son prédécesseur a enseigné. Khyentsé Yangsi voyagera avec les reliques saintes de Dilgo Khyentsé Rinpoché et viendra à Lérab Ling pendant la Retraite de tous les mandalas qui commence le 14 juillet .

Reportage de Verena Pfeiffer. Photos de Jurek Schreiner.



lundi 1 mars 2010

Lérab Ling passe au vert et adopte de nouveaux principes écologiques


La communauté de Lérab Ling a la charge de protéger un très beau petit terrain sur le plateau reculé du Larzac, au sud de la France. En tant que gardienne, elle a la responsabilité de veiller sur cet environnement exceptionnel et a pris de nombreuses mesures à cet effet ces dernières années. Néanmoins, la communauté, tout comme chacun d'entre nous, a aussi une responsabilité plus large ‒ ce que Sa Sainteté le Dalaï-Lama appelle la 'responsabilité universelle' : protéger l'environnement et faire face au changement climatique. Sa Sainteté met toujours en évidence notre besoin de développer ce type de responsabilité, tout en agissant personnellement pour le bien de tous les êtres et pour les générations futures.

Nombre d'autres maîtres bouddhistes ont aussi souligné l'importance de prendre davantage conscience des problèmes écologiques et de véritablement transformer notre comportement, à la fois personnellement et collectivement.

Le 17ème Gyalwang Karmapa a dit :
« Nous, les humains, avons déjà tellement dégradé l’environnement qu’il n’est presque plus possible de le réparer. Ce défi est beaucoup plus vaste et complexe que tout ce que les bouddhistes peuvent réaliser à eux seuls. Nous pouvons cependant montrer l'exemple et pour cela, il nous faut nous éduquer et nous informer. Le moment est venu de rapprocher nos pures aspirations et notre activité de bodhisattva. Les vœux pieux seuls ne suffiront pas à apporter de changements. Nous devons assumer activement notre responsabilité. »
Et comme Sogyal Rinpoché l'a dit récemment : « Nous avons un besoin urgent d'avoir la vision et le courage de surmonter nos intérêts égoïstes et étriqués. Nos vieilles habitudes et notre manière myope de traiter les gens et la planète doivent changer : elles n'ont fait que nous apporter la souffrance et sont à la racine à la fois de la crise économique et de la destruction de l'environnement. »

En septembre, Rinpoché, comme de nombreux autres maîtres bouddhistes, a signé la Déclaration bouddhiste sur le changement climatique, qui a été présentée à la Conférence de Copenhague sur le climat en décembre 2009.
La déclaration est un engagement à participer à la réduction de notre 'empreinte carbone' pour que le taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère tombe de son niveau actuel d'environ 390ppm (parties par million) à 350ppm, de plus en plus accepté comme le taux qui permet de préserver une planète semblable à celle sur laquelle la civilisation s'est développée et auquel la vie sur Terre s'est adaptée.

Conscient de ses responsabilités et, en tant que bouddhistes, du besoin de montrer l'exemple, Lérab Ling a beaucoup modifié sa façon de gérer son terrain et ses bâtiments, ainsi que ses modes de consommation et d'utilisation des ressources. Et pour la première fois, il a aussi adopté les six principes environnementaux suivants, qui guideront toutes ses activités à l'avenir :

  1. Intégrer le développement durable et les réponses au changement climatique dans toutes nos prises de décisions ;
  2. Appliquer des mesures efficaces pour préserver l'énergie et utiliser au maximum des énergies renouvelables ;
  3. Adopter une conception, des produits et des matériaux de construction respectueux de l'environnement ;
  4. Soutenir la production alimentaire durable ;
  5. Protéger l'environnement de Lérab Ling ‒ son air, son eau, son terrain, sa flore et sa faune ;
  6. Mettre en œuvre la meilleure gestion possible des déchets ‒ les 3 R : Réduire, Réutiliser et Recycler.
Comme l'a dit Sogyal Rinpoché : « Nous devons rassembler nos esprits et nos cœurs, avec vision et courage, pour le bien futur de l'humanité. »

Ato Rinpoché enseigne au centre de Londres





Récemment, Ato Rinpoché, neveu de Dilgo Khyentsé Rinpoché et grand maître du Mahamudra et du Dzogchen, a enseigné au centre Rigpa de Londres. Voici les réflexions d'un étudiant sur cette soirée exceptionnelle:

Ce soir-là, je venais de traverser tout Londres, en portant l'énorme harpe qu'un ami m'avait confiée après le concert que nous venions de jouer. À 7 heures moins une, j'entrais en titubant dans le centre Rigpa et réussis tout juste à trouver un coussin tout au fond à droite du temple. Je me sentais bousculé et peu préparé à recevoir les enseignements, mais très vite, mon esprit s'est déposé, comme le verre d'eau boueuse auquel les enseignements du Bouddha font si souvent référence et j'ai vite oublié mon long trajet.



Après une courte présentation sur la lignée à laquelle appartient Ato Rinpoché et sur éducation qu'il a reçue (son oncle était le grand Dilgo Khyentsé Rinpoché), lui-même est entré dans la pièce avec une grâce qui démentait son âge. D'une voix douce, avec les inflexions convenables de l'anglais moyen, Ato Rinpoché commença à enseigner. Il nous dit qu'il allait enseigner « depuis la base, pas depuis les hauteurs », en commençant par une réflexion sur les fondements de la pratique du Dharma – la méditation, les Quatre pensées (qui tournent l'esprit vers le Dharma, c-à-d. la vie humaine précieuse, l'impermanence, le karma et la souffrance du samsâra).


Il continua en enseignant sur le sujet principal de la soirée, l'un des chants de réalisation de Milarépa, yogi du 11ème siècle et l'un des saints les plus célèbres et les plus aimés du Tibet. Après avoir enduré de nombreuses et très grandes difficultés dans sa quête des enseignements du Bouddha, Milarépa parvint à une très haute réalisation spirituelle. Ato Rinpoché nous rappela que le chemin spirituel « n'est pas exempt de difficultés et qu'il faut faire face à toutes les souffrances que l'on rencontre ».


L'enseignement s'est terminé bien trop vite et ce fut le moment de nous séparer de ce maître exceptionnel. Comme d'habitude, nous avons dédié le mérite de cette merveilleuse soirée pour le bien de tous les êtres, et nous avons souhaité que Ato Rinpoché revienne bientôt.

(Charlie Morley)



Pour toute information sur les activités de Rigpa à Londres et au Royaume-Uni, aller sur :

www.rigpa.co.uk